jeudi 6 août 2015

Le Benchmarking au secours d'un vrai Fédéralisme européen !

Un article publié par le journal libéral l’Opinion sous la signature de Jean-Louis Chambon, Président fondateur de l’institut Turgot, m’interpelle "quelque part" sur deux sujets qui me semblent particulièrement concomitants, le Benchmarking qui permet de bénéficier de ce que d’autres font mieux que nous et le Fédéralisme basé sur le vrai principe de subsidiarité ascendante.

En effet, J-L Chambon rappelant que la trêve estivale semble avoir ranimé l’idée de gouvernement économique européen pose le problème en retenant trois conditions : le budget, l’emploi et la fiscalité. J-L Chambon comme beaucoup d’autres analystes pertinents explique en détail pourquoi ces trois conditions ne peuvent être remplies plutôt que de considérer le fameux slogan attribué à Robert Kennedy : "Some men see things as they are and say why. I dream things that never were and say why not".
Pour m’éviter une traduction approximative de mon cru, je reprendrai les paroles écrites par Gaëtan Roussel dans une chanson interprétée par Vanessa Paradis : "Parfois, on regarde les choses telles qu'elles sont en se demandant pourquoi. Parfois, on les regarde telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas".
Et si nous posions le problème autrement ? Existe-t-il quelque part dans le monde des pays, des États ou des organisations quelconques qui ont résolu le problème qui consiste à regrouper des entités sous

samedi 18 juillet 2015

Venir au Liberland

Chers amis du Café Liberté,
Le Café Liberté fait relâche comme chaque été jusqu'à la rentrée universitaire. Cependant la saison estivale est propice aux militances libérales. Cet été nous souhaitons promouvoir une action libérale aux conséquences concrètes propice au rayonnement du libéralisme et susceptible d'offrir à chacun de nous une trajectoire de vie renouvelée : la reconnaissance du Liberland. Cette action conduira ou bien à la reconnaissance du Liberland, ou bien à son annexion par la Croatie qui s'alignera ainsi sur la doctrine serbe de la frontière danubienne, contribuant significativement à pérenniser la paix dans la région.
Le Liberland a pour territoire une vaste île quasi vierge sur le Danube qui, par un différent sur le tracé de la frontière entre la Serbie et la Croatie, ne fait partie ni de l'un ni de l'autre pays. Des membres de la communauté libérale se sont donc emparés de cette opportunité pour établir un État respectueux de la liberté individuelle.
La situation : Au moment ou nous écrivons ces lignes, le territoire du Liberland est contrôlé jalousement par les douaniers croates en incohérence avec leur propre définition de la frontière

mercredi 8 juillet 2015

Premier juillet noir pour la liberté individuelle


Publié le  dans Libertés publiques 
Par Vesselina Garello.
battus credits political posters from USSR 70s and 80s (licence creative commons)

Ce premier juillet, alors que certains redoutaient la canicule comme étant l’ennemi public numéro un en ce début d’été et que d’autres étaient en train de s’émouvoir autour du sort de la Grèce, un désastre aux visages multiples s’est abattu sur les Français. C’est à cette date fatidique que sont entrées en vigueur plusieurs lois dont le seul dénominateur commun est le déni total de la liberté individuelle.
La tarification des parkings au quart d’heure
Commençons par les formidables « avancées » sociales et solidaires de la loi Hamon, du nom de

vendredi 3 juillet 2015

ÉcoRévolutions 2015 : une édition émouvante, passionnante et extrêmement sympathique





par Cécile Philippe
jeudi 2 juillet 2015.
Texte d’opinion publié en exclusivité sur le site de l’IEM.
rien
imprimer l'article Texte plus grandTaile texte initiale Texte plus petit
Pour la 3ème année consécutive, l’Institut économique Molinari a participé, en tant que membre du Conseil scientifique, à l’organisation du forum économique à Nancy. Initialement appelé forumEconomic Ideas du fait de sa dimension européenne, il a été rebaptisé ÉcoRévolutions par le Point qui porte dorénavant l’événement. Cette reprise s’est avérée extrêmement riche tant du point de vue de l’implication et de la gentillesse de leurs équipes (conseil scientifique, modérateurs, choix des intervenants) que du point de vue de la visibilité du forum. Au final, j’ai pris un réel plaisir à écouter le jour J, les différentes personnes qui s’exprimaient sur le sujet que nous avions choisi, à savoir Si on essayait la liberté ?
Le thème de la journée était particulièrement bien choisi puisque la veille, on assistait au bras de fer entre les

jeudi 25 juin 2015

Les taxis français et certains Grecs idiots utiles de l’étatisme?

Par Lucien SA Oulahbib 

Faites-vous peur ! "Téléchargez l'appli Uber" et le téléphone à la main allez voir quelques taxis excités en leur demandant si par hasard les pilotes d'Air France ont été casser la figure aux pilotes d'Easy Jet…Et, généralement, que pensent-ils d'E-bay, Le Bon Coin, et R&B (louez vos appartements pourquoi les laisser tous seuls pendant vos vacances) et blablacar, oui-car, le circuit court, l'économie sociale et solidaire?… Tout n'est pas à mettre dans le même sac, mais courez bien sûr, ils n'ont pas fait la différence à Panam entre vtc et uberpop…Pendant ce temps les taxis s'accaparent le marché des ambulanciers qui eux n'ont pas la même capacité de nuisance… Un sketch qu'il faudrait proposer aux Inconnus…
Et si vous voulez rire un peu plus écoutez le représentant syndical CGT des taxis expliquer qu'il s'agit d'être citoyen avant tout parce que prendre le taxi serait le must pour financer "le modèle social français que le monde entier nous envie", alors qu'il y  aurait bien d'autres moyens de financement que le système actuel, de plus en plus onéreux, sans oublier qu'il serait possible là aussi d'introduire de la concurrence comme le proposent depuis longtemps les grandes compagnies d'assurance comme Axa, tout en faisant en sorte qu'existe un Fonds Commun de Solidarité (FCS) pour mutualiser les soins lourds… Mais à quoi bon si l'on préfère s'enfoncer dans les sables mouvants si émouvants…
Plus tristement donc, ce refus multiforme de la liberté (qui n'est pas nécessairement l'exact

samedi 20 juin 2015

J'ai le grand plaisir de vous annoncer la venue du Président de la République Libre du Liberland, Vit Jedlicka, à Paris, le 20 Juin 2015.

Message de Pierre-Louis BOITEL, ambassadeur du Liberland en France à l'occasion de la visite officielle du président du Liberland, Vit JEDLICKA, qui sera notamment présent à Paris au congrès du PLD à 16h et au diner qui sera donné en son honneur à 19h -participation de 30€ pour le diner-)

Cher amis,

J'ai le grand plaisir de vous annoncer la venue du Président de la République Libre du Liberland, Vit Jedlicka, à Paris, le 20 Juin 2015.
Le Liberland est le pays le plus récent de la Planète, constitué le 13 Avril 2015 sur un territoire non revendiqué ("terra nullius"), entre la Croatie et la Serbie, au bord du Danube. Sa constitution garantit des libertés maximales à ses citoyens, ce qui augure d'un possible développement économique rapide.
Le président Jedlicka interviendra notamment à 16h en ouverture de la convention du Parti Libéral démocrate (à Paris 2ème), pour laquelle je peux vous envoyer une invitation.
Il y aura ensuite un dîner à 19h (horaire à confirmer) dans un restaurant parisien, avec le président et la première dame du Liberland.

Lors de sa récente conférence de presse à Prague, devant l'affux de demandes de citoyenneté par internet (300 000), le président Jedlicka a annoncé un durcissement des conditions d'accès à la citoyenneté liberlandaise.
L'intérêt pour ce nouveau pays libre grandit fortement. En effet, contrairement aux micro-nations

vendredi 19 juin 2015

La France sous Waterloo mental

Par Lucien SA Oulahbib 

Le processus d'implosion (toujours en cours) n'a visiblement pas encore atteint son paroxysme (cela peut demander des dizaines d'années ou émerger d'un coup) le dernier soubresaut, râle, se fait attendre, doit-on débrancher ou pas se disent déjà les post branchés lorgnant depuis longtemps vers d'autres cieux (le "monde" des points de vue au sens littéral) implorant paradoxalement des poignes fortes puisque la France serait "poignarde" disait Charles (Maurras qui fut aussi le maître de celui dont on vénère, le 18 juin, de moins en moins, l'Appel). Un peu comme ces étoiles qui se recroquevillent avant de se transformer en boule de feu aveuglante époustouflante (la Révolution française) puis en trou noir (la Révolution Russe) vortex redoutables vers l'univers parallèle du changement d'élite aux forceps, peuplés de ces géants que l'on abat et qui tombent au ralenti, ces taureaux qui peu à peu s'affaissent à force de piques (fiscales) saignantes, ces sommets aux neiges éternelles qui s'effritent  (l'Everest s'est pourtant récemment élevé)…
Vivons-nous les dernières répliques du tremblement de terre négatif que furent les échecs