jeudi 24 avril 2014

La tentation permanente de l'eurofacilité

Il y a, en matière de comptes publics, plusieurs façons d’être européen.
 
Il y a ceux qui estiment que la règle des 3 % et de l’équilibre des comptes est une règle saine, qu'il faut absolument respecter. Ce sont les plus europhiles d’entre nous, persuadés qu’on peut, en quelques années d’effort continu, redresser le pays et son moral.
 
Il y a ceux qui, à l’inverse, considèrent la règle budgétaire comme une détestable contrainte, mais admettent qu’il faut cependant la respecter. C’est le cas, semble-t-il, d’une bonne partie des Français. Ils vivent la marche vers la stabilité budgétaire comme une épreuve, coûteuse mais inévitable. On trouve dans cette famille eurofataliste les parlementaires du PS les plus

mercredi 23 avril 2014

Très intéressant décryptage de l'interview d'Anne Sinclair

Stephen Bunard est coach pour dirigeants, synergologue (analyste du langage corporel) et conférencier. Il enseigne à l'ENA, à l'Université Paris-Dauphine et à l'INSEP. Il est l'auteur de «Leurs gestes disent tout haut ce qu'ils pensent tout bas.» First, 2014.
La plupart du temps, Anne Clairance montre, et dès le début de l'entretien avec Laurent Delahousse sur France 2, beaucoup de spontanéité.
Rien n'est comparable à l'extrême préparation destinée à embobiner de DSK face à Claire Chazal sur TF1 en 2011, lequel surjoue les émotions qu'il veut nous donner en pâture (indignation, dégoût) et

Oublier Jean Jaurès

Longtemps symbole de ce que le socialisme ouvrier avait de plus mythique, Carmaux, théâtre des grandes grèves du charbon et du verre à la fin du XIXème siècle, sera ce mercredi le lieu où se concentreront tous les signes d’un pouvoir en miettes.
Etape obligée de toute bonne campagne électorale de gauche, Carmaux avait reçu en futur triomphateur le candidat François Hollande. Président élu, magistralement impopulaire, le voilà qui y retourne, contraint cette fois à une visite-éclair sous bonne protection policière.
Carmaux, ville historique de Jean Jaurès que tout bon militant socialiste se doit de citer dans ses discours -et Manuel Valls encore lors de sa déclaration de politique générale, est depuis toujours ancrée à gauche. Mais ses habitants ne pourront pas approcher le chef de l’Etat

Le responsable, c’est Hollande !

22 AVRIL 2014 par LAMBERT CHRISTIAN dans POLITIQUE avec 3 COMMENTAIRES

Dans le flot des commentaires qui ont suivi les résultats des élections municipales, la réflexion d’Hervé Morin, centriste, ancien ministre de la Défense, mérite d’être soulignée : « La cause de cet immense gâchis, c’est François Hollande. » Hervé Morin a tout compris, comme la grande majorité des Français, qui sont désormais hostiles à Hollande.
En deux ans d’exercice du pouvoir, cet apparatchik socialiste, élu par défaut en 2012, après avoir passé 11 ans dans les cuisines du parti, à démêler les embrouilles des « fé­dés », a pour unique bilan l’augmentation désastreuse des impôts et la légalisation de l’union des homosexuels.
Les Français, on le comprend, en ont plus qu’assez de ce capitaine en train de couler sur son pédalo, entraînant la France avec lui. Qu’entend-on, que voit-on ? Des discours sans fin, de nouveaux projets quotidiens abandonnés aussitôt qu’ils ont été exposés, et maintenant la manie des pactes, le pacte de responsabilité renforcé par un pacte de solidarité, un pacte de fidélité peut-être aussi, mais sur ce point n’insistons pas… En tout cas, pour tous, un pacte de nullité qui, lui, est respecté.
Comment accorder sa confiance à un président de la république de 59 ans qui se déguise en vulgaire motard, à cheval

mardi 22 avril 2014

2017 et l’humour présidentiel

Il faut reconnaître à François Hollande une qualité : il est doté d’un solide sens de l’humour. On sait désormais que si le chômage ne baisse pas d’ici à 2017, le chef de l’Etat n’aura « aucune raison d’être candidat, ou aucune chance d’être réélu ». Il s’agit, bien sûr, d’une blague comme le président de la République les affectionne. Car le message qu’il cherche à instiller dans l’esprit des électeurs est celui qu’il sous-entend dans sa circonlocution. Il veut dire que si le chômage finit par reculer, il aura alors toutes les raisons d’être candidat et même, pourquoi pas, d’être reconduit pour un deuxième mandat à l’Elysée.
Certains jugent insensé que le Président lie une nouvelle fois son sort politique à l’inversion d’une courbe du chômage qu’il n’a jamais réussi à dompter. Mais en réalité, que la fameuse

lundi 21 avril 2014

Ségolène Royal, relisez Turgot : pour une libéralisation des prix de l'électricité !

FIGAROVOX/CHRONIQUE- Comme chaque semaine dans PhiloVox, Gaspard Koenig éclaire l'actualité à travers des philosophes libéraux. Cette semaine, il invite la nouvelle ministre de l'écologie et de l'énergie à relire Turgot.
Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, agrégé de philosophie, Gaspard Koenig est Président du think-tankGenerationLibre.

La nouvelle ministre de l'Energie, Ségolène Royal, a récemment relancé l'éternel débat sur les prix réglementés d'EDF, en critiquant la décision de Conseil Etat d'imposer une hausse rétroactive de 5,7%, elle-même due à la limitation abusive des prix par le gouvernement socialiste dès son arrivée au pouvoir. Rappelons que les tarifs d'EDF sont fixés par l'Etat, censé prendre en compte les coûts de production en s'appuyant sur les recommandations de la CRE (Commission de Régulation de l'Energie). Des fournisseurs d'électricité alternatifs (tels que Poweo) ont beau avoir fait leur apparition depuis quelques

Vers la fin de la préférence étrangère ?

20 AVRIL 2014 par ROUXEL JEAN dans CULTURE, LA UNE, SOCIÉTÉ avec 1 COMMENTAIRE

La France

Il est fréquent, dans le débat public, d’accuser le Front national de défendre la préférence nationale. Ce serait, pêle-mêle, anti-constitutionnel, xénophobe, ou encore attentatoire à la richesse nationale. Il me semble, à moi, parfaitement logique et normal qu’un État s’occupe prioritairement de ses ressortissants.
D’autant que nous sommes souvent contraints à la préférence étrangère : nous sommes ainsi conduits à limiter les prestations sociales pour les Français pour pouvoir servir les mêmes prestations à un nombre toujours croissant d’étrangers.
Et, dans l’ordre culturel, nous sommes maintenant tenus de considérer que toutes les civilisations valent infiniment