jeudi 5 mars 2015

Dialogue social : « laissez faire » employés et dirigeants Les pouvoirs se tiennent par la barbichette et ont peur de rendre leur prérogatives aux individus.

Par Jean Philippe Delsol
Et si l’Etat rendait leur liberté aux employés et aux employeurs ? Peut-être alors que la France du travail s’éveillerait. Mais il continue à vouloir tout gérer depuis le haut. Les entreprises n’en meurent pas toutes, mais toutes en sont atteintes.
Le projet de loi sur le dialogue social en est le paradigme. Les syndicats drapés dans leurs privilèges ont refusé tout accord et la loi veut prendre le relais pour simplifier en compliquant. Les IRP, Institutions représentatives du personnel (CE, délégués et CHSCT), se réuniraient mais conserveraient chacune toutes leurs prérogatives et leur personnalité juridique. Une belle pagaille en perspective ! Des accords seraient à négocier par branche, donnant toujours le pouvoir de blocage aux syndicats. Lorsque le dialogue pourra s’ouvrir dans les entreprises, pour autant qu’elles aient plus de 300 salariés, ça sera encore par signature avec des syndicats. Par ailleurs est proposée la création de nouvelles commissions paritaires pour s’ingérer dans les affaires des TPE, une solution que les syndicats adorent parce que le paritarisme les fait vivre financièrement.
Les pouvoirs se tiennent par la barbichette et ont peur de rendre leur prérogatives aux

lundi 2 mars 2015

Sortir du paritarisme pour sauver la Franc


par 
Après la chute du communisme en 1989, il a fallu de nombreuses années aux pays anciennement communistes pour se débarrasser des rigidités étatistes et pour réformer leurs économies exsangues. L’une des premières mesures adoptées a été l’abandon du concept de la lutte des classes, qui servait de socle au socialisme marxiste dans ces pays. C’est un peu ce que devrait faire la France aujourd’hui si elle veut réformer son économie.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, notre pays s’appuie sur le paritarisme, qui s’apparente en fait à une forme de lutte des classes qui ne dit pas son nom avec, d’un côté, le patronat et, de l’autre, les syndicats. Mais l’inconvénient du paritarisme, c’est qu’en réalité il a complètement rigidifié les relations sociales, en bloquant toute

lundi 23 février 2015

Un emploi public créé détruit 1.5 emploi dans le secteur privé


par Marc Lassort

M. Macron, maintenant il faut s’attaquer aux vraies rentes : l’Etat et la fonction publique !

On conçoit bien l’urgence de la situation française par le recours du gouvernement à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour faire passer en force la loi Macron. Mais si la réforme des professions réglementées, la libéralisation du travail le dimanche et du transport par autocars sont nécessaires et souhaitables, cela ne revient qu’à engager la responsabilité du gouvernement sur un ensemble de réformettes, qui vont certes dans le bon sens en s’attaquant à des rentes et à des privilèges, mais qui représentent malgré tout une opposition assez timide... En fait, pour relancer l’emploi marchand, la production et la consommation, la priorité du gouvernement devrait plutôt s’orienter vers le véritable fléau français que constituent le fardeau de la dépense publique, le poids de la fonction publique dans l’économie et la dépendance des organismes parapublics et privés vis-à-vis du financement public.

En 2013, l’administration publique employait 5,60 millions d’agents publics au sens strict au service de l’État, des collectivités territoriales et de la fonction publique

Tiens on nous copie

Lu sur l'Opinion ce matin : "«Quant à savoir si ces «pédagogies innovantes» réussiront à terme à infuser dans l'Education nationale, c'est une autre histoire, qui demanderait un profond changement de logiciel».

mercredi 18 février 2015

Nouveau Module de Formation : "L'EMPOWERMENT"

Pour avoir accès à ce module merci de cliquer sur le lien suivant:

https://docs.google.com/presentation/d/1RUSm-uMEYzwY-ZWcob4a1sSsaeVlG6UrvxOhjwo5XiM/edit#slide=id.p4

J'espère que ce module vous aidera à comprendre ce qu'est l'Empowerment. Vos COMMENTAIRES seront les bienvenus comme toujours. Je reste à la disposition de ceux qui sont intéressés par ces cycles de formation. Le prochain sera : "Le Benchmarking".

lundi 16 février 2015

La libéralisation des professions réglementées

par Marc Lassort

Une réforme incomplète mais nécessaire


La nécessité d’une réforme des professions réglementées était déjà évoquée dans le rapport Rueff-Armand en 1960, le rapport Augier en 1983, le rapport Attali en 2008 et le rapport Darrois en 2009, puis enfin dans le rapport Ferrand en 2014. Avec le projet de loi pour l’activité et la croissance porté par Emmanuel Macron, cette réforme devrait (en partie) devenir une réalité si elle est votée par le Parlement.
On définit communément une profession réglementée comme l’exercice d’une activité soumise à des restrictions réglementaires, administratives et législatives qui visent à délimiter les modalités d’exercice de la profession et à limiter

dimanche 15 février 2015

Suite et fin de la publication des chapitres du module "Management des Processus"

Encouragé ou découragé par vos COMMENTAIRES j'aurais au moins une idée de l'intérêt porté à ces publications, en leur absence, vous m'excuserez de continuer dès ces prochains jours en abordant un nouveau module.

5 Comment fixer son choix à partir des critères précédents
Si nous considérons trois critères :
Le niveau d'enjeu (faible, moyen ou élevé)
Le niveau de qualité (faible, moyen ou élevé)
Le coût (faible, moyen ou élevé)
Nous pouvons procéder selon un système à trois matrices partant des trois niveaux d'enjeu détectés
6 Le fonctionnement par processus et la qualité
Rappelons tout d'abord l'objectif principal de l'assurance de la qualité qui est, dans la relation Client  Fournisseur de :
Prouver               
Démontrer        La QUALITE du produit matériel ou immatériel.
Garantir          
7 Le fonctionnement par processus et
7.1. L'assurance de la qualité
La connaissance et la maîtrise des processus de son organisation donneront à l'employé isolé sur la chaîne de fabrication ou de prestation, le pouvoir (empowerment) de garantir la qualité à son client.
L'assurance de la qualité passera donc obligatoirement par un fonctionnement par processus, et par une parfaite maîtrise des processus.
7.2. La qualité totale
Passer de l'assurance de la qualité à la qualité totale c'est très schématiquement ajouter à la satisfaction offerte au client, la satisfaction aux employés, aux actionnaires et à l'environnement.
Dans un fonctionnement par processus maîtrisés cela voudra dire ajouter à la chaîne des processus ceux qui concernent :
les aspects économiques pour atteindre un niveau de profit souhaitable et ainsi satisfaire