samedi 6 février 2016

Collectif Antigone

Bonjour à tous !


Voici cinq affiches parmi les plus populaires du mois

N'hésitez pas à diffuser cette lettre à vos contacts qui pourraient être intéressés.


mardi 2 février 2016

Démographie française : Les dangers d’une lecture holiste

par 

L’INSEE a publié le 19 janvier le bilan démographique 2015. Il donne d’intéressantes informations sur la population française. Mais les commentaires sont souvent dominés par la pensée « holiste », globalisante, oubliant que la responsabilité première dans ce domaine revient aux individus, et non à l’Etat. En revanche, l’Etat peut fausser le libre choix des individus.

Une France de 66,6 millions d’habitants

En matière démographique la collecte des informations est si complexe qu’il ne s’agit que d’estimations. C’est d’autant plus vrai que l’INSEE publie son bilan démographique moins de trois semaines après la fin de l’année civile. Il faut pratiquement 3 ans pour que l’INSEE qualifie ses estimations de définitives. Et si l’état civil donne des résultats assez fiables, les mouvements migratoires donnent lieu à des estimations beaucoup plus aléatoires, comme on l’observe en ce moment.
Sous ces réserves, la population française (résidant en France, sans compter les Français vivant à l’étranger et en comptant les étrangers vivant en France) est estimée au 1er janvier 2016 à 66 627 602 pour la France entière et à 64 513 242 pour la seule

mardi 26 janvier 2016

La France est une usine à fabriquer des fonctionnaires Pourquoi ?

par Thierry Benne

La France a créé 39 % des nouveaux emplois publics de la zone euro contre seulement 2.71 % des emplois privés ! Notre pays restera une usine à fabriquer des fonctionnaires tant que les politiques ne comprendront pas qu’il est temps de faire de vraies réformes.

LA SOURCE

Lors de l’émission télévisée "C dans l’Air" du lundi 18 janvier dernier sur France 5, le professeur de finance Philippe Dessertine – membre du Haut Conseil des Finances Publiques et expert habituel de ces débats - a révélé que sur les deux dernières années, la France venait de créer 39% des nouveaux emplois publics de la zone Euro, contre seulement 2,71% des emplois privés de la même zone. En deux chiffres, deux chiffres seulement, sont résumées tout à la fois les principales causes de nos échecs et notre incapacité à les surmonter. En effet, avec 66,6 millions de ressortissants, la population de la France représente à peine un peu moins de 20% de la population totale des 19 pays de la zone euro (environ 340 millions d’habitants). Et cette référence permet de s’apercevoir que, déjà plus que largement dotée, la France crée pratiquement deux fois plus (=39/20) d’emplois publics que la moyenne des autres pays de la zone euro, mais qu’à l’inverse elle génère à peine 14% ( =2,71/20, soit seulement un petit septième !) des emplois privés qu’elle devrait créer pour se situer simplement dans la moyenne européenne, qui inclut quand même des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie, plus durement touchés encore par le chômage.

L’ANALYSE

Ceci confirme pleinement qu’en dépit de toutes les déclarations officielles, des statistiques abondamment "revues" ou biaisées, sur ces deux dernières années la France a continué à être une usine à fonctionnaires et autres emplois publics. Et en dehors de toute véritable croissance et alors que le pouvoir a récemment revu à la hausse la grille de rémunérations des agents des cadres B et C et qu’il s’apprête à renégocier en période électorale la valeur du point pour l’ensemble de la fonction publique, cette nouvelle et inquiétante dérive des effectifs de l’emploi public signifie inévitablement davantage de charges, davantage d’impôts et ceux-ci ne suffisant guère, davantage de déficit et au final davantage de dette publique. Et qu’on ne nous accuse pas de vouloir supprimer des soldats, des gendarmes ou des policiers, tout analyste sérieux sait que les trois fonctions publiques – et surtout la territoriale – regorgent de postes en doublons ou en sous-emploi manifestes et qu’une réorganisation sérieuse des services (les exemples pointés par la Cour des Comptes – horaires de travail notoirement inférieurs aux seuils légaux, absentéisme injustifié, auto-détermination des temps de travail etc.- sont légion, mais les intéressés s’arc-boutent naturellement sur de prétendus "droits acquis" pour s’opposer à tout changement) aboutirait à une compression non négligeable des effectifs.
Le second chiffre, celui des emplois privés, se trouve hélas parfaitement en ligne avec le premier : les entreprises – et surtout les PME, celles les plus porteuses dans le domaine de l’emploi – accablées de charges, d’impôts et de contraintes de tous ordres (fiscal, social, réglementaire etc) renoncent à embaucher, les incertitudes de leurs carnets de commande leur interdisant de prendre le risque de se heurter à de nouvelles contraintes (seuils de 10 et 50 salariés notamment, même "atténués") ou de devoir se lancer en cas de crise dans des licenciements économiques mal maîtrisés et toujours hasardeux. D’ailleurs et presque comme en contre-épreuve, la plupart des grandes entreprises françaises quand elles croissent, se gardent bien pour la plupart de renforcer leurs effectifs français et préfèrent - et de loin - faire croître leur main d’œuvre étrangère, infiniment plus compétitive sur le plan des coûts et plus souple quant au droit applicable.
Par ailleurs, le développement et l’élargissement continu et accéléré de l’assistanat sous toutes ses formes ont achevé de convaincre trop de travailleurs peu qualifiés et qui hésitaient encore, que leurs ressources nettes d’impôts et de frais professionnels ne baisseraient guère, voire parfois même augmenteraient quelque peu, s’ils passaient par Pôle Emploi, s’y installaient durablement, voire même en prenant le risque d’aller jusqu’à la fin de droits, qui ne correspond pas toujours au dénuement qu’on pourrait croire, surtout si les aides alors perçues sont opportunément majorées de quelques menus travaux au noir. Enfin, le dernier cadeau de plusieurs centaines de millions d’euros fait par le pouvoir l’année dernière aux intermittents du spectacle, en dépit des mises en garde répétées de la Cour des comptes, a achevé de montrer comme la France savait se montrer généreuse envers un électorat remuant et sensible.
Tout ceci confirme malheureusement que malgré toutes les promesses, toutes les annonces, malgré aussi d’innombrables rapports, le carnet des réformes, des véritables réformes, celles qui modifient les comportements et les enjeux pour le bien du pays, est resté désespérément vide. A qui fera-ton croire, notamment sur le seul plan économique auquel ce propos se restreindra volontairement, que :
01 - les micro-réformes des retraites résolvent le problème récurrent de leur financement, alors qu’on a dû tirer un trait sur la garantie du pouvoir d’achat de la quasi-totalité des pensions salariées privées et que ce décrochage n’est peut-être pas aussi provisoire qu’annoncé puisque le Conseil d’Orientation des Retraites pris sous le feu des critiques ne cesse, de rapport en rapport et de lettre en lettre, d’aggraver et dégrader ses prévisions de croissance et de chômage ?
02 - la dépense publique a été maîtrisée quand elle a continué à caracoler quasi-librement en bénéficiant d’une incroyable mansuétude de la Commission européenne qui se laisse insolemment balader par la France depuis plus de trois ans sur les fronts réunis de la dépense, du déficit et de la dette ?
03 - le problème de notre fonction publique pléthorique, de son emploi à vie et de ses retraites ait seulement été esquissé, bien qu’il porte nos prélèvements obligatoires à des taux déraisonnables et à un niveau quasiment inégalé ailleurs ?
04 - l’Éducation Nationale, pourtant forte d’un million d’agents, parvient à instruire correctement nos enfants, alors qu’ils ne cessent de dégringoler dans la plupart des classements internationaux et qu’on s’aperçoit que devenus adultes, nombre de nos concitoyens éprouvent toujours de réelles difficultés à lire, écrire ou compter ?
05 - la réforme et la simplification du bulletin de paye ne passe pas par l’inscription en haut du bulletin du super-salaire qui représente le coût total que l’employeur accepte de débourser à raison du travail fourni, avant la déduction - mais cette fois au titre de charges purement ouvrières - de l’ensemble des cotisations, impôts et taxes que l’État et les organismes sociaux prélèvent sur les salaires ? Le net serait bien entendu le même, à ceci près que le salarié prendrait immédiatement conscience du coût de tout ce que son travail finance, ce qui aurait sans nul doute pour des millions de Français des vertus pédagogiques et d’éveil à la solidarité très supérieures à ce que l’Éducation Nationale enseigne (souvent très mal) de l’entreprise.
06 - nos droits de protection, comme le code du travail ou la réglementation des loyers n’ont pas à force de complexité, de démagogie, de pointillisme et de surenchères dangereusement outrepassé leur rôle, au point de mettre directement en péril l’accès à l’emploi ou à la location des demandeurs qu’ils étaient censés favoriser ?
07 - on peut accroître inconsidérément notre dette publique, la gérer à la petite semaine, sans tenir compte de la détérioration constante de nos notations financières internationales, dont la sévérité est simplement retenue parce que notre pays a la réputation (guère usurpée d’ailleurs) de savoir lever efficacement l’impôt ?
08 – le Parlement peut continuer à voter sans réfléchir n’importe quelle loi fiscale, comme par exemple la nouvelle surtaxe foncière sur les terrains réputés à bâtir, sans même prendre la précaution de s’assurer des ravages qu’elle peut faire, des injustices patentes qu’elle peut créer, pour tenter ensuite en catastrophe et sous la pression des mécontentements de rogner a minima les abus les plus criants…N’importe quelle loi écologique aussi, comme pour les portiques Ecomouv, sans se soucier le moins du monde de sa mise en application et en reportant indûment sur l’automobiliste qui n’y peut mais une bonne partie du coût exorbitant (près d’un milliard d’euros quand même !) de son impéritie et de sa désinvolture.
Et la liste n’est évidemment pas close de toutes ces réformes indispensables évitées, écartées, reportées, dénaturées, mutilées, tout simplement parce que, face à la ligue des intérêts, des droits acquis et des conservatismes de tous ordres, le courage, la compétence et la constance sont devenus les vertus les plus rares qui soient dans un monde politique constamment obnubilé pour les élus par le seul souci de leur réélection, pour les autres par celui de leur reconduction ou de leur promotion.

LA CONCLUSION

Même s’ils sont perdus dans le flux de ces données qu’on nous baille quotidiennement et qui souvent nous saoulent, les deux chiffres cités en exergue mesurent l’écart abyssal qui existe entre nos créations d’emplois selon qu’ils sont publics ou privés. Ils dénoncent crûment une sorte d’incapacité "culturelle" nationale à créer de l’emploi marchand comme si, chez nous, l’emploi public phagocytait goulûment l’emploi privé. Ces "marqueurs" doivent donc être inlassablement rappelés au pouvoir, aux politiques, aux Français aussi. Car ces deux chiffres font partie de ces choses qu’en redisant sans cesse, on ne répète jamais assez. En affichant à la vue de tous le résultat de tous nos blocages, ils contiennent à eux seuls le résumé de presque tous nos problèmes et c’est un signal d’alerte rouge qu’on aurait tort de négliger.
Alors même qu’il échappe pour une fois à la manie des "pactes présidentiels" (sans doute parce qu’aucun d’entre eux ne s’est signalé par un véritable succès), même si cet ultime plan du pouvoir pour réduire le chômage, relancer enfin la croissance, desserrer le joug administratif qui contraint nos entreprises, avait par extraordinaire d’autres effets que de biaiser la lecture des statistiques du chômage, un immense effort resterait à faire pour le pays, afin qu’il retrouve enfin son dynamisme. Certes les charges publiques et sociales sont indispensables au fonctionnement de l’État et de nos collectivités territoriales et à celui de notre protection sociale. Mais ces charges ne doivent pas attenter par leur démesure et leur dérive incontrôlée au développement de notre économie, ni exposer la Nation à des risques inconsidérés de "default". Surtout que l’alignement des planètes (euro faible + pétrole bon marché + taux d’intérêts infimes) tant vanté par le pouvoir pourrait fort bien se dérègler quelque peu et nous ramener beaucoup plus tôt que prévu à des réalités, qui seront d’autant plus dures que trop longtemps et trop imprudemment nous n’aurons pas voulu les voir.

vendredi 25 décembre 2015

Incroyable ! La Commission européenne demande au parlement élu d’un pays membre souverain de suspendre le vote d’une loi sur sa cour constitutionnelle


EURSSL’arrogance et le toupet des eurocrates semblent ne plus avoir de limites comme cela a déjà été démontré si souvent et si bruyamment avec la Hongrie. Maintenant, c’est la Pologne qui fait les frais des ambitions des commissaires européens et de certains gauchistes du Parlement européen qui ont du mal à accepter le choix souverain des électeurs polonais le 25 octobre dernier.
Le Parlement polonais débattait cette semaine d’un amendement (voté hier) à la loi sur sa cour constitutionnelle qui avait été traficotée en juin dernier par la majorité précédente afin de lui permettre de remplacer à l’avance 5 juges (sur 15) dont le mandat arrivait à expiration en novembre et décembre (et qui auraient donc dû être nommés par le parlement issu des élections du 25 octobre, voir l’explication ici). Les élites de Bruxelles et Strasbourg n’avaient rien trouvé à redire de ces

mercredi 23 décembre 2015

État de la France dans le monde 2015

Par Lucien SA Oulahbib le 22/12/2015
Que penser pour commencer d'une Christiane Taubira qui ose parler, des affaires françaises relatives à la déchéance ou non de nationalité à partir d'un pays étranger, d'un État de surcroît fantoche (et qui bourre les urnes) un État qui est à l'origine de l'islamisme d'Afrique du Nord, qui a fait croire, de même que Mme Taubira et ses ami(e)s, que la présence française avait été le bagne, pis, avait détruit une "superpuissance en 1830" dixit un responsable FLN de l'époque relate Gilbert Meynier dans son Histoire intérieure du FLN (p. 223) :
" Tout ce qui peut démontrer la supériorité des Arabes et des musulmans y est convoqué. Et comme les Arabes et les musulmans ont été puissants il y a plusieurs siècles, le passé est naturellement exalté. D’où les incitations à venger la bataille de Poitiers, d’où aussi l’affirmation obsessionnelle de la supériorité militaire du "jundiyy" (combattant) algérien (…) (;) au sommet de l’appareil, (…), un moderniste comme Mouloud Kacem Naït Belkacem, cadre germanophone de la délégation F.L.N. à Bonn, ne craint pas d’asséner dans

lundi 14 décembre 2015

Jean Tirole sur l’accord COP21 : «Nous ne sommes guère plus avancés qu’il y a six ans»

Jean Tirole

Le Prix Nobel d’économie analyse l’accord adopté samedi par les représentants des 195 Etats réunis au Bourget. A ses yeux, « il faut arrêter de tourner autour du pot et remettre les négociations climatiques sur les rails ». Il donne ses pistes pour aller plus loin

Laurent Fabius, très ému, a remis samedi en fin de matinée la version finale de l’accord sur le climat aux 195 représentants des pays participant à la COP21, le qualifiant d’« ambitieux et équilibré ». Le texte a été approuvé en séance plénière en fin de journée. Dans une tribune exclusive pour l’Opinion, Jean Tirole juge que les moyens de cette ambition affichée à la COP21 ne sont ni assez précis, ni à la hauteur des objectifs à atteindre. Il souligne néanmoins plusieurs « causes d’optimisme ».
La COP 21 se devait de déboucher sur un accord efficace, juste et crédible. Mission accomplie ? L’accord annoncé est ambitieux. L’objectif à atteindre est maintenant « bien en dessous des 2 °C » et

vendredi 11 décembre 2015

Changer de logiciel politique ou aller dans le mur

10 décembre 2015 • Agnès Verdier-Molinié
475157883_recadree_72dpi.jpg
Les partis « traditionnels » sont hués par les citoyens lors de ces régionales. Pourquoi ? Un indice frappant vient du constat que tous ces partis traditionnels sont concernés : frappant de noter que les écologistes, en plein COP 21, réalisent un de leurs pires scores, que le front de gauche et les communistes, qui n'ont pourtant de cesse de marquer leur opposition au gouvernement au nom de son non-respect des engagements pris, mordent pareillement la poussière. Qu'enfin les partis de droite, ainsi que leurs alliés centristes, ne profitent guère de ce désamour, et loin en tout cas de leurs attentes. Bien sûr les attaques du 13 novembre sont certainement pour beaucoup dans les inquiétudes des Français et leur demande insatisfaite de sécurité. Mais il faut aller beaucoup plus loin que cette explication. Voir le besoin de renouvellement d'un système interminablement otage d'une caste politique - et syndicale - enfermé dans la cooptation et très éloigné des préoccupations réelles de la population.
Les études d'opinion le disent, les tournées et conférences dans les régions que la signataire de ces lignes a récemment accomplies le confirment, les préoccupations économiques tiennent le haut du